1.L'action du chocolat

A. Effets du chocolat sur le système nerveux 

Comme nous l'avons vu dans la première partie du T.P.E, le chocolat possède certaines molécules ayant des effets sur le système nerveux. L'étude du mode d'action de ces molécules pourra peut-être nous amené à trouver la réponse à notre problématique. 

  • La théobromine  est une substance présente dans le chocolat, elle est responsables des effets du chocolat sur notre humeur. En effet, elle bloque les récépteurs de l'adénosine contenus dans le cerveau (tout comme la caféine et la théophylline). L'adénosine s'accumule dans le cerveau au cours de la journée, et elle accentue l'envie de dormir. Lorsque la théobromine intervient, l'adénosine ne peut plus avoir d'action sur le cerveau, elle est alors supprimée.

 Cependant, la théobromine n'a pas pour seule action de bloquer les récepteurs de la molécule d'adénosine. Elle augmente également la production de noradrénaline et inhibe la recapture de celle-ci. La noradrénaline chez les personnes depressives est trop peu présente dans leur cerveau, contrairement aux personnes euphoriques chez qui elle est en excès. Si la recapture de la molécule est inhibée, son action en est d'autant plus durable.                                  La théobromine a donc un effet euphorisant chez la personne qui en consomme (cette molécule peut cependant être mortelle si elle est absorbée en trop grande quantité).  La théobromine stimule les influx nerveux (un peu comme le cannabis ).

EFFET DE LA THEOBROMINE SUR LE CERVEAU


 

  • La caféine est un alcaloïde présent dans de nombreux aliments, qui agit comme stimulant psychotrope (Un psychotrope est une substance qui agit principalement sur l'état du système nerveux central en y modifiant certains processus biochimiques et physiologiques cérébraux, sans préjuger de sa capacité à induire des phénomènes de dépendance, ni de son éventuelle toxicité. En altérant de la sorte les fonctions du cerveau, un psychotrope induit des modifications de la perception, des sensations, de l'humeur, de la conscience (états modifiés de conscience) ou d'autres fonctions psychologiques et comportementales). La caféine a la propriété de se fixer sur certains les récépteurs spécifiques d’un « neuromodulateur » (molécule chargée de la communication entre les neurones) important dans le fonctionnement des certains groupes de neurones, l’adénosine.

 EFFET DE LA CAFEINE SUR LE CERVEAU

 

  • La phényltéthylamine est une molécule qui stimule les neurones dopaminergiques du cerveau. Ce sont ces neurones qui sont impliqués dans le système de la récompense (aussi appelé système hédonique). Chez l'homme, l'activation de ce système procure une sensation de plaisir. Le système hédonique se situe dans le système limbique : le cerveau des émotions.

L'activation de ce système est declenchée par un stimulus agréable (ici, ingestion de chocolat). Celui-ci a pour effet d'accroître l'activité de certains neurones appelés neurones dopaminergiques synthétisent une molécule, la dopamine, et libérée dans les synapses du cortex frontal et du noyau accumbens. Une sensation de plaisir se fait alors ressentir.                                                                                                                              
          Le neurone activateur du neurone à dopamine n'est pas le seul à être activé suite à un stimulus agréable. En effet, un interneurone à enképhalines est également stimulé. En temps normal, un interneurone inhibiteur à GABA (acide gamma-amino butyrique) empêche le neurone dopaminergique de libérer de la dopamine et donc de provoquer une sensation de plaisir. L'interneurone à enképhalines a donc pour rôle d'inhiber cet interneurone à GABA. Le neurone activateur du neurone à dopamine active le neurone dopaminergique. La dopamine peut donc être libérée.



Le chocolat contient aussi de la tryptophane, l'acide aminé essentiel qui est nécessaire à la fabrication de sérotonine ( La sérotonine est un stimulant naturel endogène qui nous procure un sentiment de bien-être) dans le corps. La question est de savoir si la quantité limitée de tryptophane dans le chocolat est suffisante pour obtenir un effet perceptible. La viande, le lait, les oeufs, les bananes, les kiwis, les abricots, les prunes, les ananas, les tomates, les graines de tournesol et les noix contiendraient proportionnellement beaucoup plus de tryptophane.

 - La théophylline, est très peu présente dans le chocolat. Cette molécule est un stimulant très léger mais qui participe également à la stimulation des cellules.

 Les effets stimulants de la théophylline  lui viennent en grande partie de son action sur nos récepteurs membranaires (Un récepteur membranaire est une protéine membranaire permettant la détection spécifique de molécules notamment des molécules de signalisation ( hormones, facteurs de croissance, interleukines, etc) et déclenchant une cascade de réaction biochimique de transduction de signaux) à l’adénosine. Celle-ci est un neurotransmetteur du système nerveux central qui possède des récepteurs spécifiques. Quand l’adénosine se fixe sur ses récepteurs, l’activité nerveuse est ralenti et nous devenons somnolents. L’adénosine facilite donc le sommeil et dilate aussi les vaisseaux sanguins pour assurer une bonne oxygénation lorsque nous dormons.

La théophylline, tout comme a théobrine et la caféine sont des antagonistes ( ennemis ) des récepteurs à l'adénosine. Cela veut dire qu’ils se fixent sur les mêmes récepteurs, mais sans réduire l’activité neuronale. Il y a donc moins de récepteurs de disponibles pour le frein naturel qu’est l’adénosine, ce qui mène à une activation des neurones.

L’activation de plusieurs circuits neuronaux par ces 3 alcaloïdes va amener la glande pituitaire (glande à la base du cerveau qui sert de liaison entre le système nerveux et le système endocrinien, système qui a une fonction de sécrétion d'hormone) à relâcher des hormones qui vont faire produire davantage d’adrénaline aux glandes surrénales.( Chez les mammifères et les oiseaux, les glandes surrénales ou plus simplement les surrénales sont deux glandes endocrines triangulaires situées au-dessus des reins.)

Ces trois stimulants augmentent également la production d'endorphine et de dopamine dans les circuits du plaisir.

 

 

 - L’anandamide est un neurotransmetteur naturellement produit par le cerveau présent dans le chocolat. Les récepteurs neuronaux à l’anandamide sont aussi ceux auxquels se fixe le THC, le principe actif du cannabis. D’après les chercheurs l’anandamide du chocolat pourrait peut-être contribuer au sentiment de bien-être rapporté par les personnes accrochées au chocolat.

 

 

 Suite...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site