3. Action commune des drogues

Comme nous l'avons vu précédement les substances psychoactives agissent sur le système nerveux mais avant de rentrer dans les détails, intéréssons nous à cette partie de notre corps qui reste complexe et très mystérieuse : le cerveau !                                                                                                              En effet, aussi petit qu'il soit, il est au centre des commandes de notre organisme et cela grâce à un mécanisme complexe, où les cellules nerveuses jouent un rôle primordial: elles assurent le passage de l'information.

 On distingue deux types de cellules dans le cerveau: les cellules gliales qui s'occupent de "veiller" sur les neurones. Ces-dernniers sont les autres cellules du cerveau et qui transmettent l'information et qui nous intérrèssent pour notre T.P.E.

 Les neurones se distinguent des autres cellules par leur prolongement: il existe deux types de prolongement, d'une part les dentrites qui s'apparentent à des petites branches prêtent à acceuillir les informations et les envoyer vers le corps de la cellule, puis il y a les axones qui sont longs et uniques et qui contrairement au dentrites vont envoyer l'information du corps de la cellule vers d'autres neurones  à travers ce qu'on appelle des synapses, il peut également y avoir un transfèrt directement vers des cellules de muscles ou bien celles des glandes.

                                                                                                                  REPRESENTATION D'UN NEURONE

représentation d'un neurone


  Dans le cerveau, les informations circulent sous forme de messages électriques, appelés influx nerveux. Depuis les dendrites, elles vont vers le corps cellulaire où elles sont traitées et naviguent jusqu’aux synapses via l’axone. Les neurones vont former un réseau à travers le quel va circuler l'influx nerveux sous forme éléctrique. Puis, pour faire circuler l'influx nerveux les neurones vont produire des neurotransmetteurs: molécules produitent au boutons terminaux, relâchées à l'arrivée d'un potentiel d'action et qui produisent un effet sur le neurone post-synaptique. Après son émission, elles sont rapidement désactivées et leur application expérimentale sur le neurone post-synaptique doit avoir le même effet que lorsqu'elle est relâchée par un neurone.

CONEXION ENTRE DEUX NEURONES

 

Les synapses constituent les zones d’échanges d’informations entre les neurones. A ce niveau, l’information est échangée sous forme de messages chimiques. Des substances chimiques appelées neurotransmetteurs sont sécrétées et se lient à des récepteurs spécifiques. C’est à ce niveau d’échange d’informations qu’influent les substances psychoactives.

On peut distinguer deux types de neurotransmetteurs ,  d'une part il y aura ceux qui vont stimuler la propagation de l'influx nerveux et qui seront qualifiés d'exitateurs et puis ceux qui diminueront la probabilité d'envoie de l'influx nerveux et que l'on apelle inhibiteurs.                                                            Les neurotransmetteurs se fixent sur des récepteurs membranaires, pour un neurotransmetteur donné, on connaît plusieurs sous-types de récepteurs qui lui sont spécifiques. C'est la présence ou l'absence de certains de ces sous-types de récepteur qui va générer dans le neurone post-synaptique une cascade de réactions chimiques particulières. Celle-ci mènera à l'excitation ou à l'inhibition de ce neurone.

 

Mais les choses sont beaucoup plus compliquées que cela, voici donc une vidéo explicative qui nous permettera de nous aproffondir dans la question

 

 

 

 

 

 

 Maintenant que l'on a vu la vidéo, nous allons essayer d'interpréter toutes ces données .                                                                                                                               Comme nous l'avons vu, la transmission de l'information se fait en deux étapes, l'une qui va permettre  la conduction de l'influx nerveux dans un neurone et que l'on appellera la conduction éléctrique car elle se  fait par une brève variation électrique qui se propage des dendrites au corps cellulaire, puis jusqu'au bout de l'axone. Cette conduction électrique confère au système nerveux la rapidité. Puis il y a la transmission chimique qui va se faire au niveau de la synapse. Celle-ci  permet la transmission de l'influx nerveux d'un neurone à un autre et cela grâce à la sécretion de neurotransmetteurs qui vont par la suite permettre à l'influx éléctrique de se reformer dans l'autre neurone. La fixation de ces neurotransmetteurs sur les récepteurs synaptiques vont générer de nombreux petits potentiels au niveau des dentrines .

 On se propose d'étudier le fonctionnement de chacun d'entre eux : 

  1. La conduction nerveuse:

Le passage de l'influx nerveux dans un neurone est en fait le mouvement d'ions dans les canaux ioniques. Chaque ion subit en effet deux forces bien distinctes. Celle de son gradient de concentration chimique qui tend à bouger l'ion de la région la plus concentrée vers la moins concentrée. Et celle de la force électrostatique due à la charge de cet ion qui l'éloigne des charges semblables et le rapproche des charges opposées.

 

 

Parmi ces ions  importants dans le système nerveux, l'ion potassium (K+) qui possède une charge positive et est celui qui traverse le mieux la membrane au repos. Le sodium (Na+) qui a lui aussi une charge positive et le chlore (Cl-) qui a une charge négative, circulent plus difficilement à travers la membrane. De grosses molécules chargées négativement à l'intérieur de la cellule ne peuvent en sortir mais influençent aussi le potentiel de la membrane.

   2. La transmission synaptique:

Comme nous l'avons dit précédemment c'est grâce à la transmission synaptique que l'influx nerveux passe  d'un neurone à un autre.

Cette transmition se faite 4 étapes :

  •      La synthèse: c'est la synthètisation des neuromidiatteurs dans les boutons terminaux de l'axone.
  •     L' excrétion: c'est le détachement des vésicules emplies de neurotransmetteur causé par la présence de calcium.
  •      La fixation: c'est la fixation des neurones sur les récépteurs correspondant.
  •      L'inactivation: Les neurotransmetteurs brisent leur lien avec les récepteurs et retournent dans la fente synaptique où ils doivent être inactivés pour que cesse leur effet.

 

             Parmis les neurotransmetteurs que l'on connait il existe la dopamine qui joue un rôle  important dans la sensation de plaisir, ce neuromédiatieur vont activé le circuit de récompence. Mais qu'est ce que le circuit de récompence ??

Le circuit de récompence est ce que l’on nomme en anglais le « medial forebrain bundle" ou MFB, il traverse entre autre l’aire tegmentale ventrale et l’hypothalamus latéral , il est formé de plusieurs petites voies dopaminergiques. Le circuit de récompense est constitué par la voie méso-limbique qui part des neurones de l’aire tegmentale ventrale et innervent plusieurs structures du système limbique dont le noyau accumbens. Cette voie est importante pour la mémoire et la motivation de nos comportements. 

 

 

Maintenant que nous avons compris comment l'information est transmise dans notre cerveau nous allons parler du déséquilibre produit par la présence des drogue. Effectivement l'action des drogue change d'une drogue à une autre. Cependant elles vont finalement, toutes  augmenter le taux de dopamine dans le circuit de récompence d'une manière ou d'une autre. On peut les réunir de la sorte:

Il y aura:

 

  •             certaines substances imitent les neuromédiateurs naturels et donc se substituent à eux dans les récepteurs. La morphine, par exemple, s'installe dans les récepteurs à endorphine (une "morphine" naturelle produite par le cerveau);
  •              certaines substances augmentent la sécrétion d'un neuromédiateur naturel ; la cocaïne, par exemple, augmente surtout la présence de dopamine dans les synapses, et l'ecstasy surtout celle de la sérotonine ;
  •             certaines substances bloquent un neuromédiateur naturel ; par exemple, l'alcool bloque les récepteurs nommés NMDA. 

Le circuit de récompense est au centre de notre activité mentale et donc de nos activité  L’activation de ces zones cérébrales et la stimulation de cette voie a des effets gratifiants et provoque un plaisir intense. L'augmentation de la dopamine informe l'organisme de la présence possible d'une récompence ce qui explique les efforts fournis par le consommatteur pour obtenir sa drogue.

 

Suite...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site